L’Université de Buéa au Cameroun, une des cinq primipares nées de la réforme universitaire de 1993, est de façon récurrente le théâtre d’affrontement entre forces de sécurité, et étudiants. L’année 2005 aura été particulièrement meurtrière. Des étudiants vont être arrachés à la vie par les forces de sécurité parce que engagés aux côtés de leurs congénères pour une Université où le droit de penser, de s’organiser et surtout d’impertinence est une réalité.